Le stoupa : une aventure collective

Au Népal aussi, la dimension collective est à l’œuvre et soutient le projet. Khamsum, un des principaux moines de Shérab Gyaltsen Rinpoché nous aide à faire le lien avec l’artisan. Ce moine népalais, jeune et expérimenté, a depuis des années l’habitude d’accompagner Shérab Gyaltsen Rinpoché à travers le monde pour « remplir » et consacrer des stoupas. Nous lui avons demandé de suivre les dernières étapes de la fabrication avec son regard expert. Avant de donner des indications à l’artisan, il demande l’avis de Shérab Gyaltsen Rinpoché. Ainsi la réalisation du stoupa est suivie par un maître accompli et renommé pour sa connaissance dans ce domaine.

L’artisan français qui a réalisé le dernier stoupa de Montchardon et les huit de Dhagpo (en cours de finition) nous offre aussi de son temps et de son expertise pour nous donner son avis et des conseils techniques. Il a d’ailleurs mis à disposition ses plans pour la réalisation du stoupa. Il a d’ailleurs commenté les photos trouvant le stoupa du Jardin de la Méditation « harmonieux et élancé ». Il a été agréablement surpris par le résultat.

Le stoupa : visite sur place au Népal

Une bonne nouvelle, le stoupa est fini ! Olivier a profité du pèlerinage au Népal en février/mars 2020 pour se rendre compte de la qualité du stoupa. Sunny, l’artisan népalais a pris le temps de présenter le travail de son équipe. Il a été à l’écoute des remarques pour améliorer certains aspects de la finition.

© Olebret

Une question reste en suspend : quand peut-il effectuer l’expédition ? Tant que la construction du bâtiment est encore en questionnement – choix de l’architecture, validation du budget, dépôt de permis de construire – il est difficile de faire livrer le stoupa. Il sera conditionné dans 3 grosses caisses en bois pesant plus de 200 Kg pour la plus importante. Pour le moment, le Jardin de la Méditation n’a ni les conditions de stockage ni le matériel de manutention pour les réceptionner. Sunny a accepté de continuer le stockage dans son atelier.

© Olebret

Le Stoupa : reliques et substances auspicieuses

Le « remplissage » traditionnel d’un stoupa se fait avec d’autres substances et objets que les rouleaux de mantras. Lama Shérab Gyaltsen Rinpoché, depuis le Népal, nous guide et prépare lui-même certaines des substances. Au regard de la taille du stoupa, Rinpoché a lui-même recommandé, confectionné et consacré authentiquement le boumpa (vase) et l’ « arbre de vie » (sok shing), colonne vertébrale qui se placent à différents niveaux, au cœur du stoupa.

Les reliques des accomplis du passé ont déjà été rassemblées, offertes par différents Maîtres et pratiquants de la lignée : Jigmé Rinpoché, Shérab Gyaltsen Rinpoché, Lama Teunsang, Lama Nyigyam, etc…

Les étoffes, plantes médicinales et autres matières auspicieuses ont été achetées au Népal en novembre 2018.

Le Stoupa fabriqué au Népal

Le stoupa, avec l’accord de Lama Teunsang, sera installé à l’intérieur d’un bâtiment dédié afin d’y être abrité quelles que soient les conditions météorologiques. Cela permettra de préserver cette représentation propre au bouddhisme au cœur du bourg de Cérences, de venir s’y recueillir aisément quelque soit sa condition physique : personnes âgées ou à mobilité réduite.

Le stoupa étant à l’intérieur, Lama Teunsang a suggéré un stoupa en cuivre, qu’il a lui-même commandé au Népal au mois de juin 2018. Pour des raisons objectives de hauteur de construction du bâtiment et d’intégration dans le bourg, après discussion avec Lama Teunsang, nous avons opté pour un stoupa de 3 mètres de haut.

Que serait le projet sans l’élément principal, le stoupa ! Bonne nouvelle ! Il est fini depuis 1 mois et en attente de transport depuis le Népal.

Le Stoupa : des ateliers mantras

L’aventure dans l’aventure ! Un bel élan collectif s’est mis en place depuis juin 2018 et continue encore. Certains pratiquants passent une heure ou deux, d’autres se joignent aux temps collectifs organisés par le centre. Karma Mingyur Ling (Montchardon) et Dhagpo ont partagé leur expérience et leurs documents pour nous permettre d’éditer les mantras authentiques et adaptés pour chaque étage du stoupa. Lama Jampa, qui a reçu la transmission authentique de Shérab Gyaltsen Rinpoché, nous accompagne avec ses conseils depuis San Francisco (USA). Merci les nouvelles technologies !

Plusieurs ateliers délocalisés se sont mis spontanément en place en France pour aider à la réalisation des rouleaux : un proche du Mans, un autre à proximité de Montchardon, quelques uns en (Haute)-Normandie.

Un bel entraînement à la patience et à la joyeuse persévérance pour confectionner les rouleaux de mantras et réunir les substances auspicieuses qui vont ensuite être contenues dans le stoupa.

Le Stoupa : la consécration du sol

Le 29 novembre 2018, Lama Teunsang, lors d’un rituel traditionnel, « a préparé » le sol et l’environnement proche afin d’y accueillir le stoupa dans le futur. Cette étape contribue aux conditions harmonieuses et aux fondations spirituelles de ce projet.

Le Stoupa : l’impulsion de Lama Teunsang

© Salva Magaz

Voilà plus de 15 ans que Lama Teunsang évoque le « stoupa de Cérences ». Un matin, après avoir pris le petit déjeuner chez Jean-Pierre et Dominique – les fondateurs du centre – Lama Teunsang est allé se promener dans leur jardin. Il a alors indiqué le lieu adapté pour positionner le stoupa… c’était il y a environ 10 ans. Lors de ses passages au centre, Lama Teunsang a régulièrement rappelé le sens et les bienfaits d’établir un stoupa :

  • La construction d’un support de l’éveil crée des conditions favorables sur le chemin spirituel pour toute personne qui s’y relie ;
  • La présence d’un stoupa contribue à la pacification du lieu et de son environnement proche ;
  • L’existence d’un stoupa, est un rappel du sens du chemin et du fruit à actualiser, l’éveil. C’est un support de pratique qui soutient sur le chemin spirituel et favorise la pratique des souhaits.

Progressivement, il est apparu évident pour le collectif de concrétiser cette instruction et de réunir les conditions pour le stoupa voie le jour.